Actualité chambre hôtes

Le temps des confitures

Pendant ce temps là, au Clos du Mèn-Allèn

Depuis que ma maison d'hôtes est ouverte, les confitures sont faites maison. Une habitude et une attention pour mes hôtes. Mais en voyant la photo, je vous entends me dire :

- Mais ce ne sont pas des fruits de chez nous !

Vous avez raison et cela mérite une petite explication. En effet, ce sont des fruits exotiques : fruits de la passion, mangues, litchis et vanille...

Figurez-vous que j'ai enfin pris des vacances (oui, moi aussi). Je suis partie à l'autre bout de la planète : à l'Île de La Réunion ! Jacqueline, une réunionnaise à la bonne humeur communicative, m'a généreusement accueilli dans sa résidence secondaire sur les Hauts de Saint-Paul, au milieu des bananiers, des caféiers, des papayes et autres manguiers.

Comme vous vous en doutez, pour une bretonne du Morbihan-Sud comme moi, qui ne connaît que les pins, chênes et chataîgners, un baromètre qui monte à +30° quelques jours pendant l'été, me retrouver avec une chaleur +35° tous les après-midis, fin novembre, c'est un dépaysement total !

- Que faire, justement, pendant ces heures où il est difficile de sortir sans ressentir le soleil brûlant la peau ?

- Eh bien, dans mon esprit, la maison d'hôtes n'est jamais bien loin. 

- Un pays qui regorge de fruits, pourquoi ne pas en profiter ?

Direction le légendaire et coloré marché de Saint-Paul. Sur les étals : des fruits, des légumes, des noix de coco, des piments, de la vanille, des fleurs, de l'artisanat. Tout cet ensemble donne un formidable kaléïdoscope de couleurs. Sans oublier la gouaille des marchands comme on entend sur nos marchés.

Après avoir fait provision des mangues "josé", celles du pays par excellence : rondes, jaunes, goûteuses, (actuellement en cours de labellisation), de fruits de la passion, de papayes, de la vanille et du sucre de cannes (l'île de la Réunion est Le gros producteur de sucre de cannes), me voilà partie pour un épisode confitures. C'est le bonheur de ramener avec moi quelque chose qui fera plaisir à mes hôtes.

Bon, j'ai un peu sur-dosée la vanille-bourbon avec les papayes. Finalement, c'est plutôt une marmelade vanille à la papaye.

Il faut savoir que la vanille-bourbon de La Réunion, c'est la meilleure ! De nombreux petits producteurs se sont engagés dans une démarche qualité extraordinaire pour proposer un produit gustatif de haute-volée. La vanille est d'un goût incomparable. C'est de l'or en gousse !

Ne vous risquez pas à dire que vous préférez la vanille de Madagascar à des réunionnais, parce que là, ils ne vont pas faire que griller l'excellent café "bourbon pointu", celui produit sur l'île et que tout le monde s'arrache à prix d'or. Non, c'est vous qui aller passer sur le grill ! Bon, j'exagère... heureusement, les réunionnais ont un peu le sens de la fatalité, au pire vous aurez droit à un haussement d'épaules.

Je vous préviens : il est difficile de résister aux marmelades de mangues-fruits de la passion, papayes-vanille, c'est l'enchantement de nos papilles. Si vous voulez goûter mes confitures, au cours de votre petit-déjeuner, à votre prochain séjour dans ma maison, je vous recommande de ne pas trop attendre non plus, parce que je ne suis pas sûre qu'il y en aura pour tout le monde !

############################

Comme tous les ans, avec l'été, je continue

de préparer les confitures avec nos fruits de saison : fraises, abricots, mûres, framboises... selon l'inspiration... Vous les trouverez au petit-déjeuner dans la salle à manger où sur la terrasse le temps de votre séjour. 

Le mois d'Août avance à grands pas, avec ses petits matins frais et ses journées ensoleillées ou ses jours de pluie. En Bretagne, les soleils sont mouillés parfois ! C'est la meilleure période pour ramasser les mûres et réaliser les bonnes marmelades pour le petit-déjeuner à la maison d'hôtes.

 

C'est dimanche après-midi, il fait beau. Mes hôtes sont partis à la plage ou en balade. Je profite, également, de cette pause pour me détendre et aller cueillir ces petits fruits.

Hop ! Me voilà fin prête pour la cueillette des mûres sauvages ! Un seau à la main, vêtue de pantalon et baskets pour la circonstance. Il vaut mieux savoir s'adapter parce que les ronces : ça piiiiique et ça accroooooche, aïe aïe aïe... sans oublier que ça tache.
 

J'emprunte le Sentier de l'océan, le chemin de randonnée qui part de la maison jusqu'à la plage de Kerhilio. J'y ai déjà repéré le long du chemin des haies de ronces. Vu l'exposition ensoleillée, je devrais trouver de quoi faire quelques pots de marmelade.

En effet, il y en a beaucoup ! Elles sont bien petites cette année mais bien noires et bien sucrées. 1 heure passe rapidement. Sur le chemin qui serpente, je croise des promeneurs à pied, en vélo, intrigués de me voir si affairée à ma récolte et qui me lancent un "bonjour" au passage.

Cette fois, c'est bon, je peux rentrer, direction la cuisine sans plus attendre (les petits fruits sont fragiles) pour préparer la marmelade de mûres sauvages.

Quelques heures plus tard, c'est prêt, tout est en pots, il en reste juste un peu dans la marmite à confitures et je ne résiste pas à tartiner quelques tranches de pain.

Humm ! Avez-vous déjà goûter la marmelade de mûres ? Oui ? Non ? Eh bien,  à l'occasion de votre séjour dans ma maison d'hôtes,  elle accompagne vos tartines de pain, le matin, au petit déjeuner servi sur la grande table de la salle à manger. Enfin s'il en reste !

 Mais aussi :

Il faut dire aussi que sur les étals, on trouve les plus beaux fruits de saison. Direction le marché du samedi matin, juste près de la maison :

-Madame, madame, achetez mes abricots, ce sont les plus beaux ! me dit le commerçant en me voyant regarder ses fruits.

-Allez, je vous en mets combien ? 1 kg, 2 kgs, 3 kgs ?

Comment résister à ces fruits aux couleurs ensoleillées ? Dites-moi ? Hein ? 

Et zou, me voilà avec mon panier rempli d'abricots.

Vite, il faut les préparez pour qu'ils ne perdent pas leur goût et leur couleur. Pas toujours simple de les réussir ! Mais, cette fois, le résultat est là, une saveur, une couleur, que du bonheur...

Il peut paraître simple de réussir ses confitures, mais c'est aussi tout un art. A ce propos, avec l'office du tourisme de la baie de Quiberon, j'ai été reçu à "la cour d'Orgères" artisan confiturier à Quiberon qui prépare toute l'année des confitures de toutes sortes : des traditionnelles comme je fais et d'autres plus audacieuses.

Lors de votre séjour au Clos du MènAllèn, n'hésitez pas à rentrer dans leur boutique. Il y en a à Quiberon, à Saint-Pierre, à la Trinité-sur-Mer. Si vous allez  à la fabrique, vous pouvez les voir préparer leurs délicieuses recettes dans des grands chaudrons en cuivre. Un guide, vous expliquera toutes les étapes de la fabrication, le pourquoi du comment ! Mais aussi, leur histoire parce que c'est aussi une histoire de famille.

Pour accompagner la confiture, je mets du pain frais de mon boulanger, dans de jolies corbeilles faites artisanalement à l'intention du Clos du Men-Allen. Savez-vous avec quoi Jean, le huchier, assemble la paille de seigle qui les constituent ? Non ? Je vais vous le dire : de l'écorce de ronces... Cliquez juste ci-dessus, vous pourrez lire l'histoire de cet ouvrage traditionnel tellement naturel !

Bonne dégustation et à bientôt,

Clotilde.