Actualité chambre hôtes

A l'heure du petit-déjeuner

Quand vous arrivez dans la salle-à manger...

Pour votre petit-déjeuner, je le prépare avec des produits de qualité. Je vous préviens : ce n'est pas un repas de déjeuner. Vous trouverez un choix suffisant d'aliments, à consommer à ma table, qui vous permettront de démarrer une bonne journée pour visiter les lieux exceptionnels qui entourent la maison d'hôtes. Dès le début, j'ai 

choisi de proposer, dans la mesure de mes possibilités, du "fait-maison" ou de proximité. Pourquoi ce choix ? Parce que vous séjournez en chambre d'hôtes, chez l'habitant, pas à l'hôtel, ni en résidence vacances. Rappelez-vous, vous êtes dans ma maison de famille.

C'est ainsi qu'avec les confitures, les yaourts, les gâteaux, ces dernières années c'est le jus de pommes.

Pour répondre à la demande de certains hôtes, j'ai évolué, également, vers un petit déjeuner européen. J'ai rajouté un échantillonnage de fromages du pays et de la charcuterie.

Si je vous sers une partie à table, le reste est en libre-service sur mon buffet.

Tout d'abord, commençons par :

- le jus de pommes. Il est mis en bouteille de verre, stérilisé par mes soins après la récolte. Croyez-moi c'est tout un art, heu... plutôt un travail avec une surveillance de chaque instant : une bonne température, ni trop ni pas assez, un temps défini... Les pommes proviennent d'un verger des environs où les fruits ne reçoivent aucun traitement. Il y a énormément de pommiers en Bretagne, la Normandie ne détient pas l'exclusivité. Cet arbre fruitier généreux se plaît beaucoup dans notre région bretonne et les cidriers sont nombreux. A l'écomusée, au village de Saint-Dégan à Brech, petite commune du Pays d'Auray, côté campagne, des passionnés ont créé un verger conservatoire pour sauvegarder beaucoup de variétés anciennes de pommes. Le jus de pommes maison, 100% naturel, j'aime à le servir dans un joli pichet en verre.

Pour votre boisson chaude :

- du café filtre arabica à volonté, avec du lait soit chaud, soit froid, sans lait. Expresso à la demande. 

- Vous préferez un thé ? Je ne sers pas de thé en sachet, je vous prépare un thé noir breakfast ou du thé vert, l'un et l'autre sans parfum. J'ai renoncé à vous proposer des thés parfumés. Un bon thé que je trouve chez ma marchande préférée en produits bio : Muriel, présente au marché d'Erdeven, le samedi matin ou à défaut à la bio-coop.

- Vous, c'est un chocolat le matin ? Eh bien, pour faire un chocolat bien chaud, bien onctueux, j'utilise un chocolat en poudre de qualité auquel je rajoute du lait, amené doucement à la bonne température. Ce n'est pas une poudre lactée-cacaotée diluée dans de l'eau et réchauffée au micro-ondes. Sans oublier de vous dire que je le sers dans une jolie chocolatière...

Le produit laitier :

-  Le yaourt maison ! Ah mes yaourts maison, c'est péché que de ne pas les goûter ! Comment j'en suis arrivée là ? Un jour, je vais au magasin d'électroménager dans la commune d'à côté, parce que je voulais trouver une super-théïère que j'avais vu dans un magazine. Arrivée sur place, je constate qu'il n'y a pas le super appareil de la pub que je cherche. Que vois-je devant mes yeux ? Une yaourtière ! Elle me paraissait bien sympathique celle-là, posée bien en évidence sur une étagère. Je suis revenue avec !!! Cela ne vous est jamais arrivé de faire comme moi ? Partir pour trouver quelque chose et revenir avec une autre ? Inutile de dire non, je suis sûre que si ! 

Depuis, je propose des yaourts maison, sucrés, vanillés avec de l'extrait de vanille de Tahiti.

Pour vos tartines :

- du beurre salé, breton évidemment ! Emballé en portion individuelle pour plus d'hygiène. Comme disent certains bretonnants : "Du beurre sans sel ? Ce n'est pas du beurre, c'est du gras !"

- Passons aux confitures maison, pur sucre, pur fruits : mûres, fraises, abricots, rhubarbe, prunes, framboises. Là c'est selon mes trouvailles : au marché ; selon la saison ; parfois des amis qui ne savent plus quoi faire de leur récolte. Présentés dans des jolis petits pots avec leurs couvercles en métal argenté, elles n'attendent que vos tartines. Rien ne vous empêche de goûter celle qui est dans le pot qui se trouve à l'autre bout de la table !

Les gourmandises sucrées :

- Les gâteaux maison : je vous propose souvent des spécialités bretonnes, (hors kouing-amann), selon le jour, selon l'humeur du moment : du far (ma mère en faisait tous les dimanches, c'était le dessert traditionnel dominical à la maison) ou du gâteau breton ou du cake au caramel au beurre salé, ou au miel et sarrasin ou des crêpes (de froment et qu'on est autorisé à manger avec les doigts). Mais aussi parfois, un gateau au citron ou au chocolat ou des chouquettes... C'est très variable !

Le salé :

- Le fromage : vous pourrez goûter les fromages du terroir. Le fromage de chèvre que je trouve chez Claire qui élève son troupeau au bord de la mer à Erdeven. Pour les autres, ils sont fabriqués dans une ferme à quelques kilomètres de la maison d'hôtes.

- Un plateau de charcuterie, basic, avec du jambon, du saucisson.

Ces produits seront apprécier par certaines personnes pour compenser leur manque de sel.

Les fruits :

- Pour les amateurs de fruits : frais, de saison, disposés dans une jolie coupe. Une autre fois, ce sera une salade de fruits ou parfois du melon ou de la pastèque. Les allergiques pourront trouver là un complément à leur régime alimentaire. Je précise que, pour les produits spécifiques sans gluten, sans lactose, les régimes vegan ou autres, je vous recommande d'avoir vos propres produits.

- Hors saison : des fruits secs : des noix, des noisettes, des amandes, des pruneaux, des figues, etc... 

Le pain et les viennoiseries :

- Un petit-déjeuner français ne saurait l'être sans le pain ! Pour accompagner ce 1er repas de la journée : du pain frais, des viennoiseries, tout droit sorti du fournil de mon boulanger : baguettes traditions, de campagne, aux céréales...

Avez-vous remarqué les corbeilles dans lesquelles je vous présente ce bon pain ?

Oui ? Non ? Je vais vous raconter l'histoire de ces jolies et authentiques corbeilles que l'on appelle des "runches" !

Chacune d'elle est fabriquée à la main. C'est ce qu'on appelle "l'art populaire" et le témoignage d'une activité aujourd'hui, pratiquement, disparue.

Cet ancien métier survit grâce à la volonté de quelques-uns de vouloir maintenir la tradition. Jean : le vannier dit aussi "l'artisan huchier" puisque c'est ainsi qu'on le nomme fait partie de ceux-là.

Les corbeilles sont constituées soit de paille sauvage que l'on appelle "ganèche" ou "moline" ou encore "guinche" suivant la région où elle est récoltée.

Celles que vous trouvez sur la table au clos du mèn-allèn est faite avec la paille de la région de la Brière, (région un peu plus au sud quand on quitte la Bretagne et que l'on passe le Pont du Morbihan). Certaines sont fabriquées avec de la paille de seigle cultivée non loin de mes chambres d'hôtes : côté campagne, vers Auray que l'artisan trouve chez le chaumier (celui qui travaille la paille qui sert à faire les toits de chaume des maisons bretonnes !)

Cette paille est nettoyée, mise à séchée. Ensuite, le "huchier" ou vannier assemble les brins en les serrant pour faire comme une grosse tige, puis ils sont liés en spirale et assemblés par un lien fait en écorce de ronce sauvage (vous savez le plant qui accroche nos vêtements quand on cueille les mûres pour en faire des confitures, dont celle qui accompagne vos tartines du petit-déjeuner).

Cette ronce est cueillie l'hiver quand la sève ne circule plus dans les longues tiges. Les bords extérieurs sont prélevés en fines lianes au couteau - il faut avoir la main sûre et de la patience pour préparer cette étape -, puis enroulées et laissées sécher. Au fur et à mesure de l'année, celles-ci sont trempées dans de l'eau, avant leur utilisation, pour les assouplir. 

Autrefois, ces corbeilles étaient utilisées pour ranger tout ce qui était alimentaire : fruits, légumes, graines. Dans certaines maisons, comme chacun fabriquait son pain, elles étaient utilisées pour faire lever la pâte à pain : on y déposait celle-ci enveloppée d'une toile de lin. Après le lever des enfants de la maisonnée, on  plaçait les corbeilles ainsi préparées sous leurs lits ayant encore leur douce chaleur. La température était idéale pour faire lever la pâte à pain avant la cuisson au four.

Dans ma maison d'hôtes, vous pouvez voir une grande corbeille (fabriquée de la même façon) dans le salon. J'y ai mis des coquillages. Mais celle-ci, je l'ai toujours connue dans la maison. Pour ma part, j'ai toujours vu mes parents s'en servir pour garder les graines.

Je pense que vous serez d'accord avec moi : pour peu que l'on prenne soin, c'est un objet, écologique, naturel et sain, qui traverse le temps. Ce ne sont pas les abeilles qui diront le contraire puisque les ruches anciennes étaient fabriquées selon le même principe ! On en voit quelquefois dans les brocantes .

Si vos chemins vous mènent en Bretagne et tout le long des côtes morbihannaises, à la belle saison, vous pourrez trouver sur les marchés du terroir, artisanaux ou si il y a les fêtes des vieux métiers, Jean, le "huchier", Il présente ses jolies petites corbeilles qu'il a fabriqué avec passion tout au long de l'hiver. Si vous voulez contacter Jean, voici son adresse e-mail :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Pour conclure :

Au Clos du MènAllèn, à la grande table familiale, le temps du petit-déjeuner est le seul moment où vous pourrez échanger réellement avec les autres hôtes. Laissez de côté vos soucis quotidiens, vos a-priori, et partagez cet instant de convivialité en échangeant, par exemple, sur vos lieux préférés, vos bonnes adresses, etc... Vous êtes là pour vous détendre et séjourner dans ma maison, ça passe vite ! Si la terrasse vous convient mieux et qu'il fait beau, pas de problème, c'est possible aussi. C'est selon votre préférence. Sachez que votre petit-déjeuner est un service auquel je mets un soin particulier à réaliser pour que vous ressentiez du bien-être tout au long de la journée.

Je vous souhaite un bon appétit.

A bientôt,

Clotilde.