Actualité chambre hôtes

Il était une fois : un meuble aux 108 tiroirs

Comment j'ai meublé ma salle-à-manger

Regardez bien la photo. Vous apercevez contre le mur du fond un meuble avec de multiples tiroirs. Allez... Un peu de mathématiques : Horizontal : 12 ; Vertical : 9... Faites le compte :

il y en a 108 ! Je n'ai pas de photos le montrant comment je l'ai récupéré (pour cause de disque dur qui m'a lâchement abandonné) mais il était loin de ce qu'il est aujourd'hui (voir l'autre photo ci-dessous).

Quand j'ai rénové la maison d'hôtes, bien que j'avais des meubles de famille, il me fallait en trouver quelques-uns, notamment pour la salle à manger où je sers le petit déjeuner le matin. Celle-ci est relativement grande et confortable. Je pouvais laisser libre cours à mon imagination !

Les circonstances ont fait que je me suis retrouvée avec un meuble en très mauvais état mais que je trouvais particulier.

Voici son histoire :

Il était une fois un meuble aux 108 tiroirs.
Il était là, depuis qu'il avait quitté la quincaillerie,
Chez un marchand de vélo qui était parti
en laissant tout derrière lui !
Quitter les montagnes noires
Et... voir la merC'est vrai, il habitait dans les terres,

Au milieu de la Bretagne, entre Carhaix et Plouguère.

Là-bas, on ne réparait que "les vieilles charrues"
Et de bicyclettes, il n'y en avait plus.
Adieu, guidons et roues à rayons.

Te voilà chez le fils du forgeron !
Hélas, nul besoin de vis et de boulons,
Seulement des pinces et du charbon.

"Au-secours, je ne sers plus à rien.
Je suis vieux et en piteux état,
Je vais finir au tas de bois."
- Se désola l'ancien meuble tout de guingois !

-T'inquiète pas, répondit Lucien,
- Je vais en parler à mon bon copain René,
Il a toujours de bonnes idées.
Il habite au bord de la mer,
- Ne crains rien, à lui tu vas lui plaire.

Ce qui fut dit fut fait,
Ta destination morbihannaise arrivait.

Après être passé par les mains habiles
du bricoleur attitré de la maison,
Lessivé, traité, rebouté et tout ragaillardi,
Pansées les marques d'un usage sans façon !
Hop, une dernière couche de peinture
Te voici pimpant et plein d'allure.

Dans la maison d'hôtes à Erdeven,
Pour une nouvelle vie au Clos du MènAllèn,
Certes, tes tiroirs longs et étroits ne sont pas très utiles
Mais ta taille imposante occupe l'espace facile.

Sous le regard étonné des hôtes de passage,
Aux milles questions posées sur ton usage,
La maîtresse de maison les laissant d'abord deviner
Raconte ton aventure aux personnes intéressées.

De ta fin de vie au siècle dernier tu étais bon à jeter,
Aujourd'hui tu trônes enfin dans la salle à manger.

Vous aussi vous aimez les meubles qui ont une histoire ?

Au Clos du MènAllèn, beaucoup de meubles étaient en mauvais état ou devenus désuets. Les buffets des années comme ont dit "après-guerre", des bois de lits, ceux qu'on appelait : lits coin (la forme rustique et paysanne, brut de bois, sans fioritures n'étaient pas sans rappeler l'inspiration des lits dit : à la polonaise).

Il faut dire que la partie habitation de la maison était souvent constituée d'une seule pièce à vivre où l'on trouvait : la cuisine avec la cheminée, la table pour prendre les repas et le ou les lits, une armoire pour ranger les rares vêtements, au détriment de tout le reste de la maison qui était consacré au travail.

Ainsi, sauf quelques meubles qui sont toujours aussi beaux malgré le temps qui passe, les autres ont subbi un lifting. Ce qu'on appelle pour être plus actuel : un Diy (Do it yourself : le faire soi-même). Ils ont été nettoyés, traités, réparés, rajeunis par la couleur et ont retrouvé leurs places dans la demeure familiale.  

Si vous séjournez dans une chambre dans ma maison d'hôtes, vous découvrirez un de ces meubles qui continue l'histoire de ma maison. Chose étonnante, quand vous passez la main pour les toucher, la noblesse de leur bois est toujours là !

Bonne Lecture et à Bientôt,

Clotilde.

P.S. Je vous parlerai bientôt d'un autre objet en cours de rénovation. Mais là, je vous montrerai l'avant-l'après.