évenements Morbihan

Noël d'Etel au Golfe du Morbihan

Noël de la Ria d'Etel au Golfe du Morbihan

 

"Déjà Noël", dites-vous ! Comme le temps passe... Voilà plusieurs années, j'ai chiné dans une brocante, une jolie petite armoire bretonne en modèle réduit. Je me suis

dit, à l'époque, qu'un jour ou l'autre, j'aurais l'occasion de donner une nouvelle vie à ce meuble de poupée plein de charme. Qui sait si la personne qui s'était attaché à le reproduire à l'identique, l'avait fait pour l'offrir à un enfant en le mettant au pied du sapin un 25 Décembre ! Puis, je l'ai oublié. Une autre fois, bien plus tard, j'ai trouvé des santons, en costume breton, créés par une potière de talent. Et là, j'ai pensé à ma petite armoire. Ces objets étaient fait pour être ensemble. Pour réchauffer le tout, cette année, j'ai rajouté à l'ensemble une fine guirlande lumineuse. Finalement, elle me plaît ma petite crèche à la sauce bretonne.

Vous serez d'accord avec moi qu'il est bon de garder quelque part une âme d'enfant. Après cette année 2020 si particulière, on voit les jours de décembre se raccourcir. Noël, le Jour de l'An et l'Epiphanie arrive à grand pas. Bien qu'il soit difficile, cette fois, d'imaginer à cette occasion des moments festifs, rien ne nous empêche de faire plaisir à qui l'on veut ! Alors, j'ai pensé à vous, et qu'une bonne idée n'arrive jamais seule et qu'il faut la partager.

Que diriez-vous de réserver, de chez vous, tranquillement, dans votre canapé, comme ça, pour les personnes de votre choix :

un séjour d'1 nuitée + le petit déjeuner dans ma chambre d'hôtes ?

Pour cela, j'ai préparé une jolie carte que vous pourrez mettre au pied du sapin si vous êtes en petit comité. Mais ce qui est intéressant : pour celles et ceux qui sont loin de vous, vous pourrez l'envoyer par mail ou par courrier à la personne que vous souhaitez enchanter. Même si ce cadeau n'est pas offert comme habituellement, je suis certaine qu'il réjouira le(s) destinataire(s).

Garder la magie de ce moment, c'est le défi de cette année. Oui, je sais, vous pouvez me dire qu'il y a plus important sur cette planète actuellement. Vous avez raison.
Mais j'ai quand même envie de vous dire avec cette jolie carte :

 "Rêver maintenant, Voyager plus tard"

C'est toujours avec affection que les heureux bénéficiaires penseront à ce moment où vous leur avez fait ce cadeau. Car il représente tout ce en quoi Noël consiste. Ce n'est pas seulement les vacances, les sapins, les crèches, les lumières, non, c'est l'Esprit de Noël et la générosité de l'humain qu'il représente.

Pourquoi Noël ?

Noël est une fête biblique au même titre que Pâques. Dans la tradition cultuelle chrétienne, Noël marque le renouveau, la naissance et l'espérance d'un monde meilleur. Noël c'est l'incarnation de Dieu dans un être humain comme nous, à notre image. Célébré chaque année, le 25 décembre, dans nos églises avec la messe de minuit. Noël dans le nouveau testament est la naissance de Jésus sur cette terre, une plongée dans la matière pour nous rappeler que notre corps abrite une âme et que nous en devons prendre soin, de l'un comme de l'autre, durant notre passage ici-bas.

Noël, chez nous, c'est quoi aujourd'hui ?

Chez les chrétiens orthodoxes comme en Russie qui ne fêtent que les Pâques, en Europe, les autres confessions chrétiennes ne manquent pas Noël.

Noël reste une fête symbolisant la famille, il faut avouer que nous avons délaissé, pour beaucoup d'entre nous, le sens biblique de Noël au profit d'une fête qui semble peut-être plus superficielle où on s'offre des cadeaux, où l'on partage des agapes. Pour accompagner ces temps festifs, on voit dans les vitrines de jolis décors, dans les rues des illuminations éclairent les longues nuits d'hiver.

Mais, si nous n'abordons pas Noël de la même manière, chez soi, encore de nos jours, petits et grands participent aux préparatifs de cette fête en installant, ici : une crèche ; là : un sapin de Noël, décoré, illuminé ; on prépare le repas, on fait une jolie table... Bref, on partage ! Et je crois bien que c'est ça l'Esprit de Noël. Un évènement qui finalement marque, incroyablement, le rythme de nos vies.

La crèche de Noël :

Une petite mise en scène représente les personnages du nouveau testament rappelant la naissance de Jésus. A la base : Joseph et Marie entourant l'enfant qui vient de naître, puis l'âne et le boeuf.

Dès le 13ème siècle, on retrouve les traces de ce symbole : une étable avec les animaux procurant de la chaleur et dans une mangeoire, garnie de paille, Marie y aurait déposée l'enfant Jésus. Une légende raconte que c'est en 1233, en Italie, que Saint-François d'Assise aurait imaginé une crèche dans une grotte pour retracer l'évènement christique.

Qui est "Le Petit Jésus de Malestroit"* Je vous raconte son histoire en fin de page.

En France :

C'est en Provence, que l'on trouve les plus jolies crèches. Tout un artisanat s'est développé autour de ce thème. Des potiers ont eu l'idée de façonner, à l'image des personnages bibliques, des petites créations d'argile, peintes à la main : les santons. Au gré des années, les santonniers en ont rajouté d'autres : ceux typiques du sud de la France mais aussi, le montreur d'ours, le curé... Cet artisanat, patrimoine rural, a connu des années florissantes avant de faire face à l'importation de la même chose en plastique.


A l'occasion d'un séjour du côté d'Avignon, j'ai commencé ma collection de santons. Selon les années, je les sors de leur carton (je ne laisse le soin à personne d'autre de le faire) et j'installe ma crèche dans le salon.

Sur la commune d'Etel, à côté de la maison d'hôtes, le musée des Thoniers propose tous les ans une exposition de crèches inventives : en dentelles, en coquillages, en bois ; les traditionnelles ; les marines, elles ont toutes leur charme.

Dans certaines communes environnantes de la maison d'hôtes, dans nos petites chapelles de village, des bénévoles installent des crèches. J'en ai vu de superbes avec une créativité étonnante. Elles suscitent, de la part des gens, un empressement pour aller les voir et chacun dit à l'autre : là il y a une jolie et puis là... et ainsi de suite. Si bien que certaines personnes passent leurs week-end de décembre et janvier de chapelle en chapelle.

Le sapin de Noël :

Représenté depuis toujours par un épicéa, chez les celtes, il correspondait au cycle lunaire de la renaissance du soleil. Au 4ème siècle, l'église catholique pour lutter contre ces rites qu'elle trouvait "païens" du solstice d'hiver, à instaurer la fête de la nativité le 25 décembre.

Au 11ème siècle, le sapin était décoré de pommes rouges pour symbolisé l'arbre du paradis. Mais c'est un siècle plus tard que la tradition du sapin apparaît en France et plus précisément dans l'Est. On lui rajoute des confiseries, des petits gâteaux comme les bonhommes en pain d'épice. Puis pour se démarquer, les protestants pose une l'étoile au sommet pour rappeler l'étoile de Bethléem. A partir du 17ème siècle, on commence à illuminer les sapins par des coquilles de noix remplies d'huile où flottait à la surface des mèches de coton.

De nos jours,

Dans nos maisons contemporaines, le sapin artificiel remplace très souvent le vrai sapin. Mais quelle importance ? C'est toujours l'Esprit de Noël. On le pare de guirlandes électriques ou non, de boules de verres, de petits objets décoratifs. Si en Espagne, c'est le jour de l'épiphanie que les enfants reçoivent leurs cadeaux à son pied, en France, En Italie, etc... c'est le soir de Noël que les enfants mettent leurs souliers pour que le Père Noël ne les oublie pas.

Ah, Cher Père Noël, d'où viens-tu ?

Il semble que la tradition du Père Noël ait ses origines en Europe du Nord. Sinter-Klass en néerlandais ou Father-Christmas en anglais ? Il n'y a pas de certitude. Ce que l'on sait davantage, c'est plutôt sur Saint-Nicolas. Canonisé par l'église au 4ème siècle après Jésus-Christ, Nicolas de Myre vécu en Asie mineure où il meurt en martyr. Il est fêté le 6 décembre en Europe de l'Est. Il est représenté avec une barbe blanche et la doublure de son manteau est rouge. C'est lui qui fait la distribution de bonbons aux enfants sages.

En France :
C'est au 12ème siècle, revenant de croisades et remontant par le sud de l'Italie, qu'un chevalier de Lorraine, ramena avec lui les reliques de Saint-Nicolas. C'est ainsi que Saint-Nicolas est surtout honoré dans l'Est de la France. En Bretagne, cette influence est moindre.

Ailleurs en Europe :
Fêté le soir du 5 Décembre, c'est une fête pour les enfants. Symboliquement, ils attendent la venue de Saint-Nicolas se déplaçant à dos d'âne. Ils déposent du sucre, du lait, sans oublier la carotte pour sa monture devant la maison. En espérant que Saint-Nicolas n'oublie pas de remplir de friandises et de cadeaux leurs souliers qu'ils ont laissés devant la porte ou la cheminée de la maison. Si les plus sages étaient récompensés, les autres ne recevaient que les coups de bâton du père fouettard qui suivait, tout de noir vêtu, l'ombre du saint homme.
Au 16ème siècle la réforme protestante supprima cette fête. Seuls les hollandais gardèrent leur traditionnel Sinter-Klass.

Aux Etats-Unis :
Quand ils émigrèrent, à l'instar des Irlandais qui gardaient même outre-manche les traditions celtes comme celle d'Halloween, les colons hollandais emmenèrent avec eux leur Sinter-Klass qui devint Santa-Klauss. Pour se distinguer des anglais, les chrétiens adoptèrent cette tradition en faisant une fête pour les enfants et en l'associant à la date du 25 décembre : jour de célébration de la naissance de Jésus.

C'est ainsi que la tournée de Santa-Klauss commença un 24 décembre.

Qu'est-ce que vient faire le père Noël avec un traîneau et des rennes ?

Né en 1821 de l'imagination fertile d'un écrivain américain : Clément Clarke Moore, celui-ci décida d'écrire un joli conte de Noël pour ses enfants. Il s'inspira alors de Sinter-Klass et de son âne. Il préféra rajouter un traîneau tiré par huit rennes. Ainsi le père noël pouvait faire plus facilement la distribution des cadeaux à travers la planète.

Et le 9ème renne ? Rudolf ? Alors lui, Il arrive 100 ans plus tard, avec son nez rouge pour éclairer l'attelage. Parce que parcourir la nuit du Nord de La Laponie, où vit le père Noël, au pôle sud, de l'Est à l'Ouest, il vaut mieux que celui-ci ne se trompe pas de chemin. Les enfants ne lui pardonneraient pas.

Mais, coca-cola dans tout ça ?
Comme vous l'avez lu plus haut, ce n'est pas cette firme qui l'a inventé. Pour une campagne publicitaire, elle s'est inspiré du père noël en l'habillant de blanc et de rouge, buvant du coca-cola pour reprendre des forces au cours de son périple planétaire. Le succès est au rendez-vous et redonne à la tradition de Noël un nouvel élan.

Noël de mon enfance en Bretagne :

Semblable aux autres régions de France, dans le monde rural de mon enfance, (allez, pas si lointain que ça : années 60), si nous mettions nos souliers au pied de la crèche ou du sapin, nous devions nous contenter de trouver une orange le lendemain, parfois un petit paquet de crottes de chocolat à la crème. On ne savait pas ce que c'était le réveillon non plus. Dans la famille, si "cadeaux" il y avait, c'était plutôt "utiles" genre vêtements, crayons de couleur, cartable, pour l'école, etc... Les cadeaux avec des jouets c'est un peu plus tard, peut-être l'influence d'outre-atlantique, mais j'avais passé l'âge ! Mes parents étant de fervents chrétiens, Noël gardait sa dimension spirituelle. J'avais déjà l'amour de mes parents, c'est certainement le plus beau cadeau que je pouvais avoir.

*Pour la petite histoire de la photo, le bonnet rouge sur la tête de mon chat "zaza", je vous rassure ce n'est qu'un montage.

Alors c'est quoi cette histoire ? Le Petit Jésus de Malestroit :

Ce tableau représentant l'enfant nouveau-né a été inspiré d'une unique image pieuse peinte à la main par une religieuse : Yvonne-Aimée de Malestroit. Cette femme a vécu la 1ère partie du 20ème siècle. A la suite d'une maladie, elle vient en convalescence à Malestroit. C'est là, comme elle le dit, que son coeur résonne et c'est là qu'elle rentre dans l'ordre monastique des Augustines (Ordre religieux consacré aux soins des malades et des services aux hôpitaux) inspiré par la vie de Saint-Augustin.

Cette représentation de l'enfant Jésus : Je ne sais pas si c'est une légende, mais on raconte qu'un matin, Yvonne-Aimée de Malestroit se réveilla avec, près d'elle un enfant comme je vous le montre sur la photo. Il avait des cheveux roux presque blonds qu'il fallait régulièrement coupé. Les gens du pays pouvaient venir le voir et certaines personnes du coin se rappellent avoir été, enfant, lors de sorties scolaires, voir ce "nouveau-né". Elles racontent que lorsque chacune d'entre elles, passait devant ce petit être, soit il fermait les yeux, soit il souriait, soit il pleurait. Etonnant ! D'autant que l'on ne sait pas ce qu'est devenu ce petit ange.

De son vivant, cette religieuse a aussi beaucoup souffert physiquement. Sa force mentale et spirituelle l'a aidé a surmonter toutes les maladies qu'elle absorbait par sa grande bonté. Les nombreuses ordonnances médicales en témoignent. Le docteur P. Mahéo en collaboration avec le Père Laurentin a écrit un livre en 1992 * à ce sujet.

Cela ne l'a pas empêché d'être l'instigatrice de l'hôpital et de la clinique chirurgicale de Malestroit. Elle a crée la fondation des monastères de femmes. Continuant une vie en perpétuel mouvement, elle a mené des missions en Afrique, à Rome, en Angleterre, en Hollande. Elle avait le pouvoir de bilocation (capacité physique du corps à se retrouver dans 2 endroits en même temps). Il est raconté qu'une fois elle s'est réveillée un matin complètement trempée. Elle a confié qu'elle avait passé sa nuit à sauver des naufragés du côté de Marseille (sa présence parmi les rescapés en atteste).

Pendant la période de 39-45, elle n'est pas restée non plus "les 2 pieds dans le même sabot" comme on dit. Elle a aidé beaucoup de résistants à se cacher et soigné les blessés. La commune de Saint-Marcel n'est pas loin. Elle a été arrêtée par les allemands et envoyée au centre de la kommandantur pour être interrogée. Elle devait partir par le train vers un camp mais sa capacité supra-mentale et le degré de sa foi en Dieu fait qu'elle s'est retrouvé physiquement dans la chapelle du couvent à Malestroit, échappant ainsi à une destination dont on devine l'issue. Après cette période sombre, elle a reçu la légion d'honneur des mains du Général De Gaulle, sans compter d'autres médailles.

Une personnalité hors normes ! Comment expliquer en quelques lignes une vie pareille ? De tous temps, il y a eu des personnes comme Yvonne-Aimée, Hildegarde de Bingen, Le Padre Pio... avec des "pouvoirs" que notre logique terrestre a du mal à comprendre. Le trait commun de toutes ces personnes est que bien qu'elles vivent des choses qui nous paraissent inouïes, où d'autres s'en vanteraient, elles, elles gardent une simplicité d'âme : ça doit être ça l'Esprit de Sainteté.

Après son décès, les nombreux miracles, les effluves de parfum, les fleurs trouvées, son corps devenu incorruptible après l'exhumation du tombeau, ont commencé à faire grand bruit dans la région. Si bien que tous les "phénomènes inexpliqués" autour d'Yvonne-Aimée arrivèrent jusqu'à Rome où il fut ordonné par les autorités religieuses, de fermer les lieux avec interdiction formelle de relater, de raconter quoi que ce soit.

C'est vraiment beaucoup plus tard, que le cardinal Ratzinger accepta de donner l'autorisation d'ouvrir le dossier "Yvonne-Aimée de Malestroit". Il est toujours en étude. Plus de 30 000 documents à examiner demande du temps et de... l'argent.

Peut-être qu'un jour viendra où...

Pour vous situer un peu, Malestroit est une petite commune à l'intérieur -dans les terres- du département du Morbihan, à environ 1 heure de ma maison d'hôtes, à mi-chemin de Rennes. Ce n'est pas très loin de Rochefort-En-Terre (village préféré des français), La Gacilly (village préféré de la maison Yves Rocher).
Malestroit, la perle de l'Oust, mérite votre intérêt si vous aimez les petites cités médiévales de caractère avec ses maisons à colombages, ses ruelles étroites à la croisée de la rivière l'Oust et du canal de Nantes à Brest.

En conclusion :

Comme moi, vous pensez qu'au cours de cette année 2020, beaucoup de choses ont été balayées par le revers d'un satané virus et nos vies bouleversées. Si l'insouciance et la joie ont fait place à l'anxiété, si nos rituels sont bousculés, essayons, simplement, de garder en chacun de nous l'Esprit de Noël.

Offrir est une générosité qui honore celui qui offre, autant que celui qui reçoit.

Noël et les fêtes de fin d'année participent à cet élan de notre humanité. Quoi de plus touchant en effet :  être l'initiateur d'une belle expérience pour celles et ceux que vous aimez. En leur offrant ici un séjour, en chambre d'hôtes de charme. Un geste de bien-être qui est et qui sera, j'en suis certaine, très apprécié

Quant, au Clos du MènAllèn, depuis 2008, l'ouverture de ma maison, ma priorité à votre égard, vous mes hôtes, est que chacun passe un séjour serein Que vous gardiez longtemps, dans un coin de votre âme tous les bienfaits de cette parenthèse dans votre vie.

Du fond du coeur, je suis avec vous !

Prenez soin de Vous.

Clotilde -Votre hôtesse-

* A lire la vie d'Yvonne-Aimée racontée par le Dr P. Mahéo : "L'amour plus fort que la souffrance", histoire médicale d'Yvonne-Aimée de Malestroit. Paru aux éditions F.-X. de Guibert (Oeil) en 1992