Patrimoine breton

Richesse des Dunes : Dunes Sauvages

Un joyau écologique en Morbihan

Durant votre séjour, à Erdeven, vous allez naturellement, je dirais presque instinctivement, vous diriger vers les magnifiques plages de Kerhilio, Kerouriec ou Kerminihy pour profiter, enfin, des bienfaits de la mer, du soleil. En arrivant devant

l'océan, attardez votre regard et posez-le. Laissez vos yeux faire le plein de cet environnement exceptionnel. Vous ne verrez pas forcément tout au premier coup d'oeil. Quelque soit l'endroit où vous vous trouvez dans ce site remarquable, à un moment donné, vous serez comme un spectateur regardant la scène, avec le sentiment d'être infiniment petit dans un décor gigantesque.

Vous êtes sur le plus grand massif dunaire de Bretagne. Un espace naturel du site : "Dunes Sauvages de Gâvres à Quiberon."

Un lieu protégé, où l'urbanisation est quasi-inexistante ou du moins maîtrisée, de 35 kms de long sur 2 kms de large. Un lieu où vous pourrez observer un écosystème varié qui représente tous les milieux littoraux de notre belle région bretonne.

Un arc sablonneux, allant de dentelles rocheuses à de vastes étendues de sable fin. Où la ligne bleue de l'horizon se confond parfois avec la mer. Où ses deux presqu'îles marquent les limites d'un territoire unique. Vous devinerez, après l'entrée de la vallée marine qu'est la Ria d'Etel et son incroyable banc de sable sous-marin, (oui, celui-là même formant la fameuse "barre d'Etel"), sur votre droite, la presqu'île de la petite commune de Gâvres, puis devant vous l'océan Atlantique et ses plages de sable fin, pour finir sur votre gauche avec celle de Quiberon.

Sur cette baie sublime de liberté, soumise aux variations du temps et à nos présences vivantes, nous formons, nous humains, avec le monde minéral, végétal et animal, ce peuple des dunes conscient de l'importance de chacun !

Pour vous :

Les vacances à la mer, l'été, c'est la plage. Qu'à cela ne tienne ! En accédant par les passages créés dans la dune spécialement pour vous, vous pourrez, entre deux plongeons, les baignades vivifiantes, marcher juste au bord de l'eau où les vaguelettes viennent réchauffer vos chevilles, ou simplement enfoncer vos pieds en marchant sur le sable chaud. C'est le plaisir d'étaler sa serviette de plage pour prendre un bain de soleil, planter son parasol, regarder le va-et-vient des autres vacanciers, lire un livre (quoique pas toujours évident avec le sable), s'amuser de voir les enfants faire des châteaux de sable, mettre ses écouteurs sur les oreilles pour entendre la musique qu'on aime, puis arrive la marchande de glaces qui passe en proposant : glaces, chouchou, beignets... MAIS et surtout, le meilleur, le top du top, c'est... ne rien faire ! Une expérience de rien ! Aucune extravagance ! Une forme de bonheur en quelque sorte !

Et vous êtes là, allongé sur le sable, les yeux mi-clos, regardant le ciel, devinant la danse du soleil au travers de vos lunettes ou de votre chapeau de paille. Quand, tout d'un coup, vous n'êtes plus qu'un grain de sable parmi la multitude de grains de sable sur lesquels vous rêvez. Imaginez, vous étiez parmi les humains et par enchantement, vous avez basculé dans un autre monde. Vous êtes dans le monde minéral ! Faisant un avec le lieu où vous êtes : vous êtes connecté à cet espace qui vous parle à sa façon :

La Dune :

Mais c'est quoi la dune ?

Elle est constituée en 4 parties principales :

-Tout d'abord le haut de la plage, c'est celui que les grandes marées immergent et où les végétaux annuels s'adaptent le mieux au sel et vivent avec les laisses de mer.

-Le début de la dune elle-même : submergée lors de tempêtes ou de marées très hautes, elle commence où s'accumule le sable avec très peu de végétation, pour former le cordon dunaire.

-Une dune mobile, soumise aux vents et aux marées, où poussent les oyats qui retiennent le sable, alternant avec une dune grise où la végétation rase, en partie abritée de l'atmosphère humide et salée, est constituée de mousses et de lichens.

-La dune perchée et les falaises : Ici, vous rejoindrez la côte sauvage de Quiberon,

Elles sont le témoignage d'un massif dunaire ancien et plus étendu. Des campagnes de fouilles archéologiques ont mis à jour (voir le site de Ber-er-vil) des traces de présence humaine de chasseurs-cueilleurs dès le mésolithique 6200 à 6000 ans av. J-C. Sûr, ce ne sont pas les falaises d'Etretat en Normandie ! On y voit dans les infractuosités crées par l'érosion et le temps, une végétation typique de ce climat balayé par les embruns et les vents tempétueux.

Les autres zones : 

-Les zones humides : A Erdeven, certaines se trouvent sur la dune. Elles sont d'anciennes carrières où l'on a extrait le sable jusque dans les années 70. Laissées en l'état depuis toutes ces années, on constate que la nature a repris ses droits.

Le végétal reprend ses droits :

1/3 de la flore bretonne a été répertoriée par le conservatoire botanique de Brest* où on retrouve une petite centaine protégée sur les 700 plantes différentes de notre bord de mer :

- L'immortelle des dunes aux minuscules fleurs jaunes au goût de curry,

- Le raisin de mer avec ses petites baies aux écailles rouges en été. Les oiseaux l'adorent.

- Une graminée parmi tant d'autres : celle-ci est méditerranéenne bien acclimatée en Bretagne : le petit oeillet des dunes au parfum discret et aux pétales dentelés,

- Le lys maritime dont le système racinaire permet à la dune de se fixer,

- Le liparez ou la petite bleue, la lagure ou queue de lièvre aux fleurs comme des petits plumeaux,

- Le chardon maritime : le panicaut aux feuilles piquantes comme le chardon que l'on connaît, la carotte de gadeceau, l'oseille des rochers,

- Sans oublier une orchidée fragile et rare...

Les landes : Rases et fournies, situées dans la partie littorale en retrait de la mer. L'ajonc, le genêt, les bruyères et des arbrisseaux comme les pruneliers fleurissent à tour de rôle au fil du printemps et de l'été.

Les vasières marines, dans les fonds de Baie comme à Plouharnel, les prés-salés sont une source importante de nourriture pour les oiseaux : coquillages, plantes...

Un monde ailé :

Beaucoup d'oiseaux y trouvent refuge lors de leurs migrations mais aussi lors des nidifications :

-Le pipit farlouse : petit passereau discret par son plumage et que l'on reconnaît par son chant auquel il a donné son nom.

-Le gravelot à collier interrompu et le traquet motteux, deux oiseaux parmi les nombreux migrateurs. Ceux-ci quittent l'Afrique pour venir en Bretagne et se reproduire. Les Dunes Sauvages sont le dernier lieu de reproduction continental de ces oiseaux. Au printemps, le petit traquet investit les terriers de lapins abandonnés pour se nicher.

Quand je mentionne, un peu plus haut, qu'il a été créé des chemins d'accès pour se rendre sur la plage, ce n'est pas anodin. Les ganivelles (petites clôtures de piquets de bois) délimitent les espaces à préserver. Celles-ci aident les oyats (graminées très anciennes, vertes, longues et effilées) à se fixer, bloquent le sable, mais protègent aussi les nids d'oiseaux qui pondent à même le sable.

-Les papillons : La zygène du trèfle, le petit nacré, l'azurée du thym et le thécla du bouleau dont les chenilles sont soignées par les fourmis, sont les espèces que vous verrez le plus.

Approcher :

Vous avez envie d'en savoir un peu plus ? Participez aux sorties nature organisées par "Dunes Sauvages". Un guide vous fera découvrir tout ce monde extra-ordinaire qui se trouve autour de la maison d'hôtes et même encore plus. Le nombre de participants étant restreint, il est impératif de s'inscrire. La plupart des sorties sont gratuites ou à un tarif accessible. L'office de tourisme* vous renseignera sur les différentes activités proposées.

Se déplacer :

La marche à pied, le vélo* : vous aimez découvrir un nouveau lieu comme cela, ça c'est votre truc !

Empruntez la voie verte qui traverse les dunes sauvages. Elle n'est pas continue, certes, mais elle vous promet de belles balades à pied ou à vélo de Quiberon, Saint-Pierre, Plouharnel, Erdeven puis à Etel, embarquez sur le bateau du passeur pour vous rendre de l'autre côté de la Ria d'Etel vers Plouhinec et Gâvres. Quant au GR 34, il passe non loin.

Votre destination : Erdeven

Au coeur de ce paysage maritime, Erdeven, ma commune littorale parmi les 5 autres, n'a pas meilleure définition pour traduire ce patrimoine inouï. Erdeven qui se prononce : R-2-Vènn, est un mot breton qui signifie en français littéralement "Sur la dune". Au Clos du MènAllèn, c'est la chambre d'hôtes "Dune" avec ses couleurs de sable, de vert des oyats, du rose des petits oeillets qui rappelle le mieux l'ambiance bord de mer et de bien-être. Quelle inspiration la nature nous offre !

En conclusion :

La conscience de la richesse de nos dunes a toujours pré-existé dans la manière de vivre des gens du pays. Depuis plusieurs années, sur nos petites communes littorales ,une vraie réflexion a été engagée. Une démarche qualité vis-à-vis de ce trésor écologique créée pour une harmonie durable. Le label "Dunes Sauvages de Gâvres à Quiberon" pour lequel nos instances locales se battent, depuis une vingtaine d'années et continuent encore aujourd'hui, a permis que ce patrimoine naturel de bord de mer, soit reconnu et surtout respecté, comme "Grand site de France" au même titre que la Baie de Somme ou la Pointe du Raz.

A découvrir aussi sur https://youtu.be/3P5DVsLkF-o

Bonne découverte et à bientôt,

Clotilde -votre hôtesse-.

N.B. Quelques adresses pour vous renseigner :

* Le Conservatoire Botanique de Brest

* L'office du tourisme d'Erdeven

* Les Vélos de la Ria