Patrimoine breton

Pourquoi parler du Château de Keravéon ?

Parce qu'il y a un lien avec le Clos du Men-Allen !

     

A Erdeven, à l'époque féodale, il y a eu 6 seigneuries dont les principales étaient Keravéon et Kercadio. Pierre de Talhouët est à l'origine de la création de Keravéon vers le 14ème siècle et sa

famille restera propriétaire jusqu'au milieu du 18 ème siècle..

La révolution française étant passée par là, le logis fut détruit et c'est au 19 ème siècle que la propriétaire : Adélaïde de Combout de Coislin le rénova. D'ailleurs on reconnaît bien le style de l'époque quand on voit le bâtiment tout en longueur.

Le dernier occupant : le Vicomte De Soussay, après des études d'ingénieur agronome, s'installa dans le chateau familial en 1937. Il fut élu maire de 1945 à 1962, avec de grandes ambitions pour sa commune : comme la création d'un port par exemple, puisque Erdeven est juste à l'entrée d'Etel et de sa Ria ! Il démissionna de son mandat puisqu'il fut désavoué dans ce projet. Cet échec lui laissa un goût amer. 

Pendant l'occupation allemande, la situation littorale d'Erdeven fit que le chateau fut réquisitionné par un état-major allemand. Ainsi, Le vicomte avait accès à des informations qu'il transmettait discrètement à la Résistance.

Comme tout seigneur qui se respecte, chaque châtelain avait aussi une ferme ! Les batiments se trouvaient juste derrière le château. Un magnifique pigeonnier qui abritait jusqu'à 600 volatiles, faisait partie du patrimoine seigneurial. Cet ouvrage d'art est malheureusement en très mauvais état !

M. De Soussay était, également à l'époque, (milieu 20ème siècle) comme encore beaucoup de personnes de sa condition, propriétaire d'une grande partie des terres du village.

Les terres du Clos du Men-Allen en faisaient partie. Mon grand-père s'est installé avec femme et enfants dans cette grande maison, qui était aussi une ferme, autour des années 1920. Il a cultivé les terres, semé, planté, récolté et élevé du bétail comme toutes les fermes de la région : ce que l'on appelle la polyculture.

Il était bien content, le vicomte, de voir mon grand-père s'occuper aussi bien de ses terres, puisqu'il l'avait vu travailler les terres du Manoir de Kercadio où il avait été précédemment !

Ensuite, mon père a pris la relève et a continué l'activité comme son père lui avait appris.

Le Vicomte De Soussay aimait présenter son bétail au salon de l'agriculture à Paris et presque tous les ans, il embarquait quelques bêtes qu'il avait sélectionné dans son élevage et les présentait aux concours. Il est revenu parfois avec de belles récompenses. Mais tout cela lui coûtait plus que ça ne rapportait, et... il vendait ses terres pour y parvenir.

C'est ainsi que beaucoup de fermiers, besogneux comme tous les Bretons, ont racheté (à prix d'or toutefois), leur outil de travail et sont devenus propriétaires à leur tour.

Le chateau connut divers fortunes. N'ayant pas d'héritiers directs, il a été vendu. Plusieurs propriétaires se sont succédés : un hôtel fût un temps. Actuellement, il appartient à un groupe immobilier qui l'a restauré en gardant l'aspect extérieur comme il était au temps de sa splendeur. Pour l'intérieur, c'est une autre histoire.

Les dépendances et le parc, avec ses murs d'enceintes en pierres, sont devenus la propriété de la commune. Vous découvrirez un bois, un arborétum, une prairie et plusieurs pièces d'eau (avec une petite île). C'est un espace arboré d'environ 20 hectares.

Ces terrains, très humides en hiver, permettaient de capter l’eau nécessaire au remplissage des douves du château par un réseau de fossés très complexe.

On y trouve une diversité intéressante d’oiseaux forestiers, de batraciens sans oublier les chauves-souris qui profitent des nombreuses niches présentes dans les plus vieux arbres.

Sachez que le parc, ouvert à tous, est très agréable lors des fortes chaleurs estivales, c'est un poumon idéal pour la balade, au milieu des arbres plus que centenaires, qu'elle soit sportive ou contemplative.

Pendant votre séjour, n'hésitez-pas ! Vous pouvez y accéder à pied, à vélo, en toute sécurité en partant de la maison d'hôtes. Erdeven c'est aussi cela : le plaisir de la campagne à la mer !

Renseignements à L'Office du Tourisme